La Via Rhona, d’Arles jusqu’à Sète via Aigues Mortes

Salut les Rockies !!!

Etape 14 – d’Arles à Aigues Mortes

Fin du suspens ! Je suis sûre que vous ne tenez plus tellement c’est insoutenable ! Alors… roulement de tambour …. Pas persé !!!! Le matelas est encore complètement gonflé ce matin… c’est a n’y rien comprendre… Mais bon tant mieux, je verrais cette nuit si ça va toujours !

Le retour jusqu’à la bifurcation entre les 2 variantes se fait sans problème. Ne comptez toujours pas sur des panneaux pendant la traversée de Fourques ! Vous n’en trouverez pas.

La variante en direction du Grau-du-Roi est bien balisée. Elle paraît un peu longue à certains moments. Et attention car elle prend bien soin de contourner les communes… donc pas de ravitaillement possible sur l’itinéraire avant Gallician.

Malgré ces longueurs, l’atmosphère est vraiment paisible ! Peu de voitures, le bruit du vent dans les herbes hautes, le bruit des oiseaux et autres bestioles… J’adore vraiment !! A un moment, il y a même un énorme nid de cigogne sur une tour… pourtant, nous sommes bien loin de l’Alsace !! Je vais contempler la mère nourrir ses petits pendant un petit moment.

Accrochez – vous… ça va être encore plus long !

Pour atteindre Gallician, il faut emprunter la D779. Et là le temps va vous paraître vraiment long ! 5km en voie partagée sur une ligne droite quasi parfaite !! J’avais l’impression de ne pas avancer !

Juste avant d’emprunter, la belle piste cyclable qui longe le canal du Rhône, vous aurez un bar – snack – restaurant si vous avez besoin de faire une pause.

La voie verte est très agréable et bien roulante. Il y a même de beaux chevaux en total liberté sur la rive opposée. C’est magique. Mais elle se fini bien trop tôt à mon goût !

A sa sortie, je fais un petit détour sur la D46 pour photographier la Tour Carbonnière, tour de guet construite au XIIIe siècle pour protéger la ville d’Aigues-Mortes.

L’itinéraire reprend ensuite sur une voie verte menant droit au port et aux remparts d’Aigues Mortes. Le ciel est de plus en plus menaçant et j’hésite à visiter la ville fortifiée, mais ma curiosité prend le dessus et je tente le coup. Et heureusement car cette ville est vraiment mignonne, j’adore !

Le retour de la pluie…

J’ai le temps de faire quelques photos et vidéos avant que la pluie ne commence à tomber… Du coup, je me couvre rapidement et je prends la direction du Camping La Petite Camargue où je vais passer la nuit.

Je suis assez déçue de ne pouvoir visiter les Salins mais avec ce temps ce n’est vraiment pas possible. Par contre la route pour y accéder… c’est chaud patate !! Surtout que la vitesse est limite à 90… je suis obligée de ralentir mon rythme habituel… 😀

Je ne conseille pas particulièrement ce camping même s’il est vraiment très bien mais c’est un peu un Disney village !! Y a tout le confort et plus ! A peine je commence à installer ma tente que je me fais déjà attaquer par les moustiques tigre… Grrrrr

Je passe une soirée calme et je suis impatiente d’aller me coucher ! Mes yeux ont du mal à rester ouverts !

Bilan étape 14 : 61,8 km parcourus en 5 h 30.

Étape 15 – d’Aigues Mortes à Sète

Aujourd’hui c’est le grand jour ! Le jour de mon arrivée à Sète, étape finale de cette magnifique aventure ! Mais avant il va y avoir un peu de route !

Après avoir récupéré la Via Rhona, je continue ma progression sur une piste propre au milieu des étangs salés. C’est vraiment sympa tous ces flamants roses ! Par contre, le temps l’est beaucoup moins ! Le ciel est gris avec pas mal de vent… et c’est tellement plat qu’il n’y a rien pour se protéger…

J’arrive au Grau – du – Roi assez rapidement et j’admets que je me perds un peu niveau panneau… du coup je suis pas mal le topoguide… pas le choix ! Le bord de mer est assez sympa mais le temps tourne pour le pire à nouveau. Malgré le ciel menaçant, je prends le temps de faire des photos, je trouve que la jeté avec le port, sa statue de  l’Espérance et son phare est vraiment photogénique.

des panneaux ? c’est quoi un panneau ?

Après avoir bien galéré pour sortir du Grau-du-Roi, je me prends l’orage quand j’entame la piste cyclable le long du front de mer qui relie la Grande Motte à Carnon… C’est une boucherie… J’ai les pieds trempés en moins de deux et la visibilité est plus que réduite… Malheureusement aucun abris ! Je suis donc obligé de continuer et ça ne sera pas de la tarte… Il a dû pleuvoir une bonne trentaine de minutes et à grosses gouttes…

J’arrive à Palavas – les – Flots avec un ciel un peu moins sombre… et comme il fait quand même chaud je commence un peu à sécher… mais pas les pieds… j’ai l’impression d’avoir des piscines à l’intérieur de chaque chaussure. Mais ce n’est pas grave cela fait partie du jeu !!!

Les pistes cyclables au bord de l’ eau sont vraiment agréables. J’adore regarder les flamants roses évoluer… ils me font marrer et je les trouve très beaux quand ils volent.

C’est assez frustrant de passer à nouveau dans les terres et de ne plus voir la mer aux abords de Villeneuve-les-Maguelone… Mais au moins la route partagée est très calme.

A Vic – la – Gardiole, la Via Rhona reprend en site propre et c’est vraiment beau… Par contre difficile d’en profiter avec le temps que j’ai eu… Surtout que c’était assez venteux…

Une fois n’est pas coutume…

Jusqu’à Frontignan – Plage c’est vraiment sympa, mais ensuite… c’est l’enfer… Sortie de Frontignan plus de panneaux… Je ne savais pas où aller pour arriver à Sète… c’est la première fois que je n’ai pas autant détesté un endroit dans un voyage ! Une solution s’offre à moi que je ne renouvellerai pas au retour. Mais j’y arrive quand même et je trouve cette fameuse gare, fin officiel de la Via Rhona ! Je suis hyper contente d’être arrivée au bout de mon défi !

I did it !! J’ai réussi mon pari. Le défi est donc relevé !

Par contre mon expérience à Sète a été horrible. 🙁 Trouver la gare de Sète reste faisable, même si compliqué, mais en repartir… avec tous ces travaux et sans aucun panneau c’est vraiment n’importe quoi.

De plus, je n’ai jamais vu autant d’incivilités envers les cyclistes !! Je peux comprendre que la circulation dans Sète soit un enfer. Sincèrement en voiture je péterai un câble. Mais nous les cyclo n’y sommes pour rien… Alors merci de montrez votre mécontentement à vos élus et de ne pas nous mettre en danger !

Je suis tellement dégoûtée par ces comportements que je ne traine pas et je prends la direction de mon camping Méditerrannée situé à Frontignan plage.

Le temps est maussade, presque autant que mon morale… Surtout que ce jour là tout est fermé à Frontignan… sauf un restau… même je peux dire adieu à mon plateau de fruits de mer dont je rêvais depuis le début de mon périple…

Heureusement le patron du camping et Valérie, une cliente du restaurant sont vraiment sympa et cela va bien me remonter le moral.

Bilan étape 15 : 85,1 km parcourus en 7h15

Etape 16 – Retour à la maison via Montpellier

A la fin de cette étape le pari d’aller au bout de ce défi est réussi et je suis vraiment heureuse de l’avoir fait c’était une aventure unique ! Mais ce n’est pas encore tout à fait fini, je dois encore parcourir 51,6km le lendemain pour rentrer chez moi.

En effet, il est plus pratique pour moi de prendre le train à Montpellier que de le prendre à Sète. A la base j’avais prévu de passer la nuit à Palavas. Je comptais me faire une journée détente sur la plage mais un ami m’a invité à lui rendre visite. Merci Coupain ! 😉

Du coup, depuis Frontignan, j’ai utilisé la via Rhona en sens inverse et j’ai ensuite utilisé les pistes cyclables qui mène à Montpellier. Et là c’est bien fait : propre, sécurisé et bien indiqué ! Le réseau cyclo est super bien développé sur les deux communes. Bravo !

J’ai tout de même fait une pause plateau de fruits de mer à Palavas. Faut pas se laisser abattre non plus ! ;-). Comme le soleil était de sortie, j’ai fait ensuite la crevette sur la plage avant de reprendre la route. C’était parfait !

Je vous en parle car je trouve que c’est une alternative assez sympa (et surtout pas anxiogène).

Voilà c’est la fin de cette aventure, mais d’autres sont en préparation ! Je ne vous en dis pas plus pour l’instant…

Pour un bilan global de cette fantastique aventure c’est bientôt ICI !!

Stay Tuned

Au sujet de Bee Rocks

Passionnée de photo, vidéo et de voyage, j’ai décidé de réunir mes trois passions en une belle aventure qui commencera concrètement fin aout 2015. Pour en savoir plus à mon propos

ça peut aussi vous plaire !

Le Tour du Mont Blanc, le défi 2019 !!!

Salut les Rockies !! Si mon dernier défi (datant de mai 2018) était une randonnée ...

6 commentaires

  1. Oh lala, le quartier de la gare de Sète, je me suis planté deux fois(à pied) fin juin de cette année, quand j’ai vu la trotte à pied ,j’ai opté pour un petit hôtel à 41balles à mi-chemin entre la gare et le port, j’imagine à quel point tu as du en ch…, tout est fait apparemment pour le touriste à 4 roues, quoique la traversée de la Camargue à son charme moustiques en moins, question météo j’ai eu plus de chances!!!
    Donc c’est fini? quand repars-tu pour nous balader sur la toile ? et nous faire saliver sur les petits menus sympas(de ce côté je ne me suis pas privé non plus!!
    Bonne continuation, et au plaisir, j’ai bien aimé conversé avec toi toute cette semaine!!!

    Amicalement vôtre

    Charles

    • Oui la Camargue est magnifique ! C’est vraiment juste ces quelques derniers kilomètres mais bon tout le reste était au top donc je ne vais pas me plaindre !

      Je vais faire quelques week-end par-ci par-là. Sinon deux projets en préparation 1 pour l’été prochain et un autre pour 2021, mais j’en parlerais dans quelques temps… je préfère les préparer un peu avant d’en parler officiellement !

  2. Tu l’as fait quand ton périple jusqu’à Sete, car nous sommes arrivés hier et depuis notre départ le 14 sept. Nous n’avons pas eu une goutte de pluie.
    Par contre, de Palavas à Frontignan, nous avons suivi le canal de Sete au Rhone et là, pas de voiture, un peu casse c.. Mais plus court que par la route et super paysages.
    Pour les incivilites des automobilistes, je te rejoins.
    Notre fin de périple à Sete s’est fait au Mt ST Clair mais j’avoue que sans l’assistance électrique, nous ne serions pas montés mais le panorama vaut le coup.
    Bonne route sur les prochains voyage
    Serge

    • Hello Serge !
      Je l’ai fait au mois de mai ! C’était parfois orageux mais franchement je préfère ce temps à la canicule !
      La portion du canal de Sète au Rhone empruntée par la Via Rhona est sympa… je ne sais pas pourquoi le reste de l’itinéraire ne le suit pas…
      Ah c’est clair que la vue doit être sympa de là haut…
      Merci de ton message et Bon voyage à toi aussi !!
      Bee

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge