La Via Rhona, d’Avignon à Arles, via le Pont du Gard

Salut les Rockies !!!

Étape 12 – d’Avignon au Pont du Gard

Aujourd’hui c’est journée hors – piste !! En préparant mon périple, je me suis rendu compte que l’itinéraire ne passait pas loin du Pont du Gard ! Ne l’ayant jamais vu, il était, pour moi, évident de m’y rendre. Je suis trop impatiente !!!

La veille, on avait regardé avec Didier le meilleur itinéraire pour y aller. L’option avec le moins de kilomètres était celle avec le plus de dénivelé positif… heu heu… Non merci… Très peu pour moi ! Je prends donc l’option avec le moins de D+ et qui passe par Aramon (une des étapes de la Via Rhona).

Après quelques photos du Pont d’Avignon je prends enfin le départ. Et cela sera vite la cata ! Je ne comprends pas la signalisation qui m’indique de prendre à gauche… alors qu’il n’y a pas de rue… Du coup, j’emprunte la D2 en direction d’Aramon. Un peu plus tard, cette route partagée croisera la Via Rhona et je reprendrais l’itinéraire officiel qui est en zone propre.

A Aramon, je suis toujours le balisage de la via. Après le village, continuez encore un peu sur l’itinéraire. Au final je suis les panneaux sur environs 19 km (depuis le camping) avant de bifurquer à hauteur du panneau indiquant « Beaucaire – Tarascon 16km ».

Mode Hors – Piste : ON

A ce point précis le GPS indique 11km jusqu’au Pont du Gard.

La majorité du chemin se fait sur la D19 et je vais devoir contourner quelques mauvaises surprises de Google. A certains moments, il propose des variantes plus « sécurisées » niveau circulation mais impraticable pour un VTC chargé. Ces quelques kilomètres se feront tout de même, assez vite malgré un soleil de plomb. Je suis bien contente d’arriver au camping La Sousta pour le déjeuner.

Grâce au soleil, je vais pourvoir faire sécher ma tente assez rapidement. Elle était tellement trempée ce matin que l’humidité a réussi à entrer à l’intérieur… Hors de question de mettre les affaires dedans dans ces conditions. Le temps de prendre une douche et de déjeuner et me voila parée pour visiter le Pont du Gard.

Le camping se situe à 200m du site, ce qui me permet d’y aller à pied. Heureusement car, mine de rien, je commence à être bien fatiguée.

Wouhaaaaaaaa

Je suis vraiment impressionnée par le site ! Le pont est magnifique ! Et avec cette chaleur, il est vraiment tentant de piquer une tête dans le Gardon. Je traverse de l’autre côté où je fais une pause glace. Les filles du magasin de souvenirs où j’achète deux trois bricoles, sont vraiment sympa. Par contre, le cinéma… je ne pourrais pas trop vous en parler… je me suis endormie… 😀

Une fois ma petite sieste climatisée terminée, je commence la petite randonnée dans la garrigue… Mal m’en a pris… je suis tellement fatiguée que mon cerveau a dû mal à fonctionner… déjà qu’en temps normal ce n’est pas chouette !! Je vous laisse imaginer…

Jusqu’à 17h environs, je vais errer tel un zombie dans cette nature luxuriante, avant de m’avouer vaincue et de retourner au camping. Je mange assez tôt pour ne pas me coucher trop tard. Et rapidement… plus de son plus d’image.

Ce camping est vraiment idéal vu sa situation géographique et surtout son prix très attractif pour un cyclo : 7,66 euros. Rien à dire !!

Bilan étape 12 : 32km parcourus en 3h.

Étape 13 – du Pont du Gard à Arles

Cette nuit ça a été l’enfer à cause de mon matelas… À peu près toutes les 3h, il se dégonflait… Heureusement lors de ma prochaine étape, je dors à l’hôtel où je pourrais regarder ça de plus près… J’espère que cela sera réparable car j’y tiens énormément… je n’aime pas changer mon matos !

A 8h30, je quitte le camping et suis mon GPS en direction de Beaucaire. Assez rapidement, je me rend compte qu’il existe une voie verte qui relie Beaucaire à Uzes via le Pont du Gard. Elle est toute neuve et vraiment sympa avec des tables de pique nique le long du chemin.

Montre en main depuis le Pont du Gard jusqu’à la Via Rhona, je mets 45 minutes (10km). Pas de dénivelé important et une majorité en site propre ! Vous n’avez plus aucune excuse pour ne pas faire le détour !! Du coup oubliez mon chemin de la veille. La liaison entre la Via Rhona et la voie verte se fait à hauteur de Montfrin et est beaucoup plus simple.

Mode Hors-Piste : OFF

Arrivée à Beaucaire, je galère un peu. Et vu le temps qui est à nouveau pluvieux, je n’ai pas envier de m’attarder. A la sortie de la ville, un panneau indique bien la direction des 2 variantes. Puis, plus rien… c’est n’importe quoi… j’ai suivi les peintures de vélo au sol ou les panneaux « Partageons la route » en l’absence de signalisation officielle.

A un moment, heureusement que je croise un ancien. Me voyant hésiter sur ma destination, il me guide gentiment avec son 4×4 jusqu’à un panneau de l’itinéraire. Ce dernier indique la séparation des deux variantes : direction Arles à gauche et direction Sète à droite.

Même si mon but est la variante allant à Sète, j’avais envie de visiter Arles. Mon envie est confirmée quand je me rends compte que la séparation des deux variantes se fait à seulement 4,5km de la ville.

Entorse à la Variante direction Sète

Bon par contre, à Fourques : 0 indication !!! Du coup, galère pour trouver la bonne route… heureusement le topo guide est assez bon sur ce coup là. Il me permet de trouver le bon chemin assez facilement. Une fois le pont de l’avenue du vieux pont traversé, vous entrez dans Arles et là les panneaux reprennent. La signalisation dans Arles est vraiment claire.

Dans un premier temps, je dépose, mes affaires et mon vélo à mon hôtel. Ensuite, pars à pied en direction du pont Van Gogh. Je remarque les panneaux de la Via Rhona en direction de la Plage Napoléon tout le long du trajet. Le pont Van Gogh est en fait le pont de Langlois mais pour en savoir plus, je vous invite à vous rendre sur le site www.arlestourisme.com.

Il est situé à 3 km du centre ville. Si vous vous rendez à Port Saint Louis pas la peine de faire le détour, vous allez passer devant. Par contre si comme moi vous faite une légère entorse à l’autre variante, n’hésitez pas. Moi j’ai adoré !!

Ensuite, je suis allée me balader dans le centre. Après être passée à l’Amphithéatre d’Arles, je papillonne dans les ruelles au gré de mon humeur. J’aime assez l’ambiance de la ville .

Je fais une pause gourmande au « Glacier Soulier » qui fait salon de thé avec toutes sortes de glaces et de cafés. Je fais mon choix sur la glace Arès (2 boules, chantilly et fruits de saison) accompagnée d’un café à la châtaigne.

Il est à peu près 17h quand je décide de rentrer à l’hôtel pour m’occuper de mon matelas… et aussi pour me reposer car j’ai un gros coup de barre !

Persé or not persé ?

Après l’avoir gonflé à bloc, je fais pression un peu de partout et je ne remarque rien… Même posé au sol et en me couchant dessus un moment… toujours rien ! Du coup, je le mets dans un coin de la chambre et on verra bien comment cela va évoluer…

Je me repose un peu avant d’aller manger au 22 pizzéria. Essayez la pizza chèvre et miel sans vous posez de question ! C’est l’une de mes pizza préférée et là, elle vaut sacrément le détour ! De plus, ce restau est situé à dans un quartier que le patron de l’hôtel m’avait conseillé.

Après le repas, je flâne donc un peu dans les rues de la Roquette. Je suis sous le charme, c’est vraiment sympa. Très vivant, beaucoup de familles, on dirai un petit village, c’est très agréable.

Je suis tellement fatiguée que je ne vais pas trop m’attarder. En rentrant, je teste le matelas et il n’est toujours pas dégonflée… on verra demain matin ! Croisons les doigts !!

Bilan étape 1344 km parcourus en 3h15.

Pour savoir si le matelas a tenu, c’est ICI !!

Stay Tuned

Mots clés qui ont permis de trouver cet article:

  • via rhona avignon arles

Au sujet de Bee Rocks

Passionnée de photo, vidéo et de voyage, j’ai décidé de réunir mes trois passions en une belle aventure qui commencera concrètement fin aout 2015. Pour en savoir plus à mon propos

ça peut aussi vous plaire !

Le Tour du Mont Blanc, le défi 2019 !!!

Salut les Rockies !! Si mon dernier défi (datant de mai 2018) était une randonnée ...

6 commentaires

  1. J’attendais mon feuilleton!!

    J’ai travaillé au camping »La Sousta » en 1977 , à l’époque on plongeait du pont dans le gardon,Rémoulins qui est à côté est le premier point de Rendez-vous de tous les journaliers ou saisonniers de France, ce sont les premiers fruits à récolter en France!!

    je trouve très bien de raconter ton périple quelques mois après l’avoir fait,ça permet un certain recul!

    cordialement

    Charles pas Ingalls

    • Merci Charles ! toujours fidèle au poste !

      Oui c’est sûr que là il y a du recul !! 🙂 Mais vaut mieux tard que jamais à ce que l’on dit ! 😉

      Demain dernière étape du périple… puis la cerise sur le gâteau dimanche soir… mais chut… c’est une surprise !!

      Au plaisir de te lire, Bee

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge